Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le moral dans les chaussettes

Publié le par HITOYUME

C'EST COMME J'VOUS L'DIS


Depuis quelque temps, le téléphone ne sonne plus, je ne reçois plus de fleurs ou de courriel, je ne suis plus invité à l'anniversaire de Loana. Quand je me croise dans le miroir, je trouve que je ressemble de plus en plus à Copé. Je me sens nul, méprisable, bientôt chauve et je m'effondre dans le lavabo. Et quand je relis ce que j'écris, je me demande comment Pierre accepte encore de me placer des commentaires sur mon blog. Alors l'autre jour, j'ai passé la journée à chercher ce qui cloche chez moi et j'ai enfin compris mon problème : j'ai chopé la loose. J'ai fait des recherches sur le sujet et j'ai lu dans Psychologies (juillet 2014) que "ce sentiment irrationnel d'avoir la poisse, la scoumoune, la guigne est causé par "une basse estime de soi". En gros, chez moi, c'est le soi qui déconne. Car le soi, c'est vraiment toi (donc moi aussi). Quand mon soi est content de lui, tant mieux pour moi mais s'il est persuadé qu'il est maudit, moi pareil. Dans la foulée, j'ai fait le test "Etes-vous un loser ?" qui illustrait l'article. Manque de bol, j'ai obtenu une majorité de réponses c) et j'ai découvert le diagnostic suivant : "Votre modèle est Jean-Marc Ayrault. Tant que votre soi n'aura pas confiance en lui, comment voulez-vous que votre moi ait confiance en vous ? Notre exercice cognitif : Devenez votre meilleur ami, suivez ses conseils et vous conjurerez le sort imaginaire qui semble s'acharner sur vous".
Du coup, j'ai réfléchi à ce que je dirais à mon meilleur ami si j'étais à sa place. Facile ! Je lui dirais qu'il est beau et intelligent, qu'il a de longs cheveux magnifiques (et qu'il a beaucoup de chance d'avoir un ami comme moi). Ensuite, j'ai essayé de me mettre à ma place si mon meilleur ami me disait tout ça. Je crois que par politesse, je lui dirais que lui aussi il est beau et intelligent. Mais lui, il me dirait que, certes, nous sommes beaux et intelligents tous les deux mais surtout moi et alors je me sentirais beaucoup moins loser... que moi ! Putain, mais ça marche leur machin cognitruc ! J'ai senti soudain qu'un poids immense venait de tomber de mes épaules. Pour la première fois depuis longtemps, depuis toujours peut-être, j'avais un ami qui me disait que j'avais de beaux cheveux et que mes rubriques dans "l'essentiel oublié" étaient géniales (c'est pas ma femme qui aurait fait ça). Le plus dingue c'est que cet ami, toujours disponible, toujours prêt à boire un coup avec moi, à me gratter une couille, à m'écouter lui raconter mes problèmes pendant des heures, c'était moi !
Depuis cette découverte incroyable, je nous sens, moi et mon meilleur ami, beaucoup mieux dans ma peau et débarrassés de la loose.
Aujourd'hui, par exemple, j'ai suivi ses conseils (il regorge d'idées sympas) et nous sommes allés au cinéma avec moi-même. On a choisi un film comique et on s'est bidonnés l'un dans l'autre. Or d'après Psychologies, le rire aussi est excellent contre la lose. Il paraît que Valls a prescrit une gellohérapie (cure par le rire) à tout le gouvernement. Deux fois par semaine, ils ont un séminaire d'hilarité médicale. Ils tapent dans leurs mains, lancent des réformes imaginaires et miment le conseil des ministres sous forme de saynètes burlesques. Leur gellothérapeuthe, une clownesse d'Euro RSCG, les force à s'esclaffer très fort comme le font les enfants. Il paraît que le rire réduit les tensions musculaires, muscle le diaphragme, diminue le stress, augmente la tolérance au harcèlement médiatique, renforce le système immunitaire et affirme aux yeux du monde l'invincibilité du moi. Faudra que j'en parle à moi soi.


A L'ANNEE PROCHAINE

Commenter cet article

trublion 30/12/2016 06:59

il faut alors concéder au gouvernement, qu' il nous aura pendant 5 ans offert une cure de saynètes burlesques !
Comme quoi il n' y a pas tant de différence entre comédie et tragédie !
à l' année prochaine, et bonjour aux amis