Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

moi... Jigoro Kano (141)

Publié le par HITOYUME

REMARQUE : ce récit est tiré d'une thèse sur Jigoro KANO d'Yves CADOT, 43 ans, 5ème dan de judo, docteur de l'Université de Paris. Maître de conférence à l'Université de Toulouse.


Fin des années 1870, quelques rébellions de shizoku (anciens samurai dont les privilèges passés avaient peu à peu été supprimés et dont les rentes ont été définitivement arrêtées en 1876) avaient perturbé l'ordre public et le nouveau système.
A cela, il faut ajouter, à partir de 1874-75, divers mouvements de protestation politiques, regroupés sous l'appellation de "mouvement pour la liberté et les droits du peuple", envers lesquels seront votées plusieurs lois liberticides, mais qui finiront par arracher, en 1881, la promesse d'une constitution (qui sera promulguée en 1889).
Là encore, l'ordre public s'en trouve plusieurs fois troublé et le chef de la police d'alors, Kawaji Toshiyoshi (1834-1879), considéré comme le "père de la police japonaise", va grandement encourager le recrutement dans ce corps d'experts en arts martiaux, la valeur de ces techniques en tant que système de défense personnelle et leur utilité dans la maîtrise et l'arrestation des contrevenants étant alors revalorisées. Dès 1879, le sabre et le jujutsu font d'ailleurs leur entrée dans la formation de policiers. Et, en 1884, la police réagit au refus du ministère de l'éducation, par l'organisation de tournois d'arts martiaux pour le recrutement d'hommes mais aussi de formateurs, tournois qui participeront à la légende du Kodokan.
C'est un troisième flux, celui de l'utilitaire. Nous pouvons ojouter l'attitude de l'empereur Meiji (1852-1867-1912), qui fait construire un dojo, le Saineikan (toujours utilisé) en 1883 où il assiste à des compétitions de sabre, encourageant chez les fonctionnaires l'étude des savoirs et du martial (bunbu, la première clause régissant les familles guerrières durant l'époque d'Edo, 1600-1868). C'est un quatrième flux, l'idée, ou son prologement, que le sabre (comme symbole du martial) fait partie de la formation de l'honnête homme.


A SUIVRE

ARRETES POUR LA CIRCULATION CANINE


Les autorités ont décidé d'envoyer directement à la fourrière les conducteurs cynophiles qui mordent la ligne blanche, mais aussi de mettre un terme au dérapage dans les courses de motocrottes dans lesquelles les caninettes sont systématiquement abandonnées par des loulous de Poméranie en état d'ivresse abyssale.
De plus, seuls les huskies de Sibérie couchés en chien de fusil dans les caravanes seront désormais autorisés à circuler ; et ce, pour des raisons de sécurité évidentes : jouer dans des roulottes russes peut être mortel. Des chiens munis de passepoils spécialement dressés, dits chiens d'arrêt de rigueur, aboieront et mettront les contrevenants aux abois, les obligeant à montrer patte blanche. Et les caravanes pourront alors passer.

Commenter cet article

trublion 22/03/2017 08:41

Personne n' aime voir ses privilèges abolis, et c' est une bonne méthode que de les utiliser à d' autres fins, et en encourageant leurs capacités.
tu connais le tchiorny, terrier noir russe ?