Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

l'enfer

Publié le par HITOYUME

Le chevalier Angel avait fait le serment d'abattre le Démon. Revêtu de sa meilleure armure, armé de l'épée Durafer autrefois offerte par le mage Asgareth et monté sur Chalandar, son plus puissant destrier, il s'élança sur la plaine noire. Dans son dos, palpitante encore de leur dernière nuit, la douce et si blonde Jujubelle agitait la main en cadence.
La première attaque eut lieu au quatrième jour de chevauchée. Des vers de rocher, à la dure carapace de calcédoine, crévèrent le basalte devant le poitrail de Chalandar. L'épée magique eut raison des hideuses créatures rampantes, mais le chevalier, la gorge desséchée par la soif et le corps recuit dans le four de son armure, dut chevaucher quatre jours encore avant d'atteindre la sombre forêt d'Arnemort.
Le monstre Movoloch surgit de la goule ténébreuse où Angel se baignait et referma ses mâchoires hérissées de mille canines dégouttantes de venin sur lui. Ou plutôt sur la pointe dressée à temps, de la fidèle Durafer. Le corps rongé par les éclaboussures de venin, le chevalier sombra douze jours dans le coma. Son errance à travers la forêt obscure dura six mois. Il dut affronter les harpies-vampires, l'hydre à onze têtes, les tigres aux dents de sabre, la tribu des cyclopes. Il se battit et se battit. Son corps ne fut plus que plaies purulentes, il perdit l'oeil droit, la main gauche, le pied droit jusqu'à la cheville. Le vaillant Chalandar périt noyé pendant la traversée du fleuve Cybère. Et l'hiver terrible figea l'univers alors qu'Angel escaladait les monts de la Nuit Eternelle.
L'escalade dura trois mois. Transi, ayant perdu vingt-huit kilos, le chevalier bascula dans un cratère au fond duquel rougeoyait la lave. Il se prépara à un ultime combat, car il y avait une chose au moins qu'il n'avait jamais perdu : son courage. Mais ce furent seulement de doux bras parfumés qui l'enlacèrent, tandis qu'une bouche de braise murmurait : fais-moi l'amour, vaillant chevalier... Les dernières pièces cabossées de son armure tombèrent. Et l'étui de l'épée Durafer. Un ricanement satanique retentit. Contre Angel, il n'y avait plus de femme désirable mais une silhouette torse et velue de Satan.
Tu as perdu ! ginça une voix rugueuse aux exhalaisons de soufre et de poix. Et tu sais ce qu'il va t'en coûter...
Le chevalier ne le savait que trop. Il ferma son oeil unique, laissant le gouffre s'ouvrir sous lui et l'entraîner dans une chute tourbillonnante.
Quand il reprit conscience, l'horreur se déployait autour de lui. Les poumons gorgés d'oxyde de carbone, il se fraya un chemin au milieu de la horde rugissante des automobiles de six heures du soir. Chez lui, où l'attendaient son épouse acariâtre et ses enfants hurleurs, il dut s'occuper des traites à régler et des impôts à calculer. Puis, il put s'affaler une heure devant la télévision, pour regarder un feuilleton américain. Après une nuit trop courte, il reprit le désespérant chemin du bureau. En sachant que ce jour à venir serait pareil au précédent, et que tous les jours qui viendraient seraient semblables.
Le diable l'avait prévenu. Il avait perdu. Il était en Enfer.

Commenter cet article

trublion 04/07/2017 07:35

la France d' en bas et les sans dent seront seuls concernés, même le diable épargne les riches