Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Croc la panthère 5 - 6

Publié le par HITOYUME

PAS SI BETE



Croc avait beaucoup maigri. Il n'était plus l'animal gras etr luisant qui avait tué le ppoulain; sa peau flasqu pendait sur des muscles durcis, sans une once de graisse. Dans cet état, le fauve était devenu un adversaire dangereux, tant moralement que physiquement, qui n'hésiterait pas un instant à tuer à présent qu'il se sentait traqué.
Dès qu'il se fut assuré que l'homme ne le suivait plus, Croc termina les préparatifs de son embuscade. La méthode serait celle qu'il employait pour attaquer les daims.
Suivant toujours le chemin, le fauve parcourut environ trois cents mètres au delà de la maison forestière. Il marcha exprès dans la terre humide, pour laisser des empreintes bien visibles. Chpisissant l'arbre qui se prêtait le mieux à son dessein, il fit encore une cinquantaine de mètres puis sauta sur un tronc abattu et revint vers son arbre, dans les branches duquel il se hissa. Il ne pensait pas voir Baker reprendre la piste avant le lendemain, mais il avait souvent passé la nuit à l'affût, et une longue faction ne l'efcfrayait pas. Il s'allongea sur un rameau qui surplombait le chemin de trois mètres et attendit.
Dans la nuit, plusieurs daims passèrent sous l'arbre sans se rendre compte du danger qu'ils couraient. Dès l'aube, Baker reprit sa chasse. Comme auparavant, il donna l'ordre à Trapu de rester à la maison, et le chien obéit à regret. Mais, au lieu de rentrer dans sa niche, comme il l'avait fait la première fois, il resta devant le poste, observant son maître, tandis que celui-ci se penchait pour examiner une des empreintes que la panthère avait laissée à son intention.
Trapu était curieux. dès que Baker eut disparu derrière un boqueteau, le chien alla inspecter le chemin. Il y flottait une forte odeur de fauve, et la passion de la chasse l'emporta sur le sens du devoir. Trapu fit quelques pas et trouva une nouvelle empreinte qui l'encouragea à pousser plus loin son investigation. Constatant que son maître n'était plus en vue, le chien se lança sur la piste pour son propre compte.
Baker avait à peine parcouru deux cents mètres que Croc avait déjà flairé son approche. Tout se déroulait comme le fauve l'avait prévu. Ce dernier savait, à une fraction de seconde près, le moment et l'endroit où il frapperait. Etreignant la branche de ses griffes, il se prépara à bondir. Bientôt il put entendre le bruit étouffé des pas de l'homme, dans l'herbe qui bordait le chemin. Les babines inon dées de salives, Croc étira les griffes de ses pattes de devant. Cette fois, il ne fallait pas manquer l'attaque.


A SUIVRE

Commenter cet article

trublion 24/08/2017 07:30

Voilà une embuscade bien préparée, dans laquelle le chasseur devient le chassé