Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

moi... Jigoro Kano (151)

Publié le par HITOYUME

REMARQUE : ce récit est tiré d'une thèse sur Jigoro KANO d'Yves CADOT, 43 ans, 5ème dan de judo, docteur de l'Université de Paris. Maître de conférence à l'Université de Toulouse.


RESTER EN MOUVEMENT


En 1928, Kano met en place met en place des cours de bâton (bojutsu) au Kodokan trois fois par semaine. Pour cela, il fait appel à deux écoles, la Katori shinto ryu, puis la Shinto musa ryu. Quelques années plus tard, il explique le choix de cette arme selon deux logiques. La première est sa volonté de préserver ce qu'il considère comme un trésor, et on apprend là que, dans sa jeunesse, il a étudié le bujutsu de l'école Yagyu avec un certain Oshima, mais "pas assez pour pouvoir en parler", et dont il craint la disparition définitive.
Il conclut d'ailleurs le texte sur son intention d'associer cet art au judo et de le diffuser dans tout le pays. Mais, ce faisant, il ne fait que réinsuffler vie au moribond, il enrichit sa discipline, forme des gens plus complets. En effet, la seconde logique est que, si maîtriser l'art du combat à main nue lui semble la priorité en ces temps où se promener avec une arme (sabre, lance...) n'est plus possible, la logique de la frappe, de l'estoc, lui semble importante, avec arme, ou sans (travail des atemi). En outre, Kano cherche depuis plusieurs années à faire comprendre que le judo est un principe, que l'on découvre dans le dojo, dans le jeu de la lutte, mais qui s'applique à tout. Or, passer à une distance plus importante, ,manier une arme, ne pas avoir directement prise sur le partenaire, créent des changements de repères dans un jeu pourtant proche, ce qui doit faciliter le transfer d'expérience, première marche vers plus d'abstraction.
Mais cette idée d'associer judo et maniement d'une arme n'est pas neuve.
Preuve en est ce texte étonnant où Kano voit dans l'avenir se fondre judo et kendo... au profit du judo, bien sûr. L'article de 1935 fait-il référence à celui de 1918 ? Pas sûr, mais Kano justifie toutefois l'option bâton au détriment du sabre par deux aspects pratiques : le prix, et le fait que si l'on peut sortir en villez avec une cannez, il n'en va pas de même pour un sabre, fut-il en bois.
Pas plus que ne l'est cette interrogation sur la frappe. On la retrouve dès la conférence de 1889 où il envisage l'usage de gants pour un possible randori de la méthode de combvat et la référence à l'atemi est omniprésente dans ses écrits pour exhorter à la position shizentai les judoka.
Le combat est le fil reouge du judo et Kano ne l'a jamais oublié. En plus d'être une éducation, il voulait le judo (et le judoka) réellement efficace en combat réel. En 1927, il écrit :
"D'abord établir un organe de recherche qui fasse autorité et qui commencerait par étudier les bujursu de notre pays, puis investiguerait largement ceux des pays étrangers pour former le bujutsu le plus avancé, que j'ai l'intention d'enseigner, bien sûr à tous les pays étrangers".
et, en 1932, de présiser :
"Il me faut étudier le bojutsu ou le kenjutsu, ainsi que la lutte ou la boxe des pays étrangers et m'efforcer de viser à les améliorer" puis "apreès avoir fait (de la boxe et de la lutte) des disciplines aux nombreuses valeurs, je souhaiterais les diffuser".
Peut-êre Kano l'aurait-il fait de toute façon : comme on l'a vu, sa réflexion est antérieure à l'avenement des nouvelles disciplines que sont le karate et l'aikido, mais il n'est pas impossible que l'apparition de ces dernières, exploitant des aspects peu développés dans le judo, tout comme la multiplication des contacts avec les disciplines occidentales, à la fois par le sport (Jeux olympiques, clubs universitaires...) mais aussi par les défis lancés aux judoka globe-trotters, l'aient décidé và mettre en place ce qui était si longtemps resté à l'état de projet.
Les autres, une source d'inspiration, un moteur, une des ressources de nos progrès, de notre complétude : étudier et étudier encore.


A SUIVRE

E DANS L'EAU


" Ch r Citoy n,
Vous n'av z pas payé votr tax annu ll d l ctur . Par conséqu nt, jusqu'à régl m nt d c tt tax , la l trr ' ' s ra inhibé par votr puc d contrôl visu l. D'autr s l ttr s s ront désactivé s si votr pai m nt tard trop.
Cordial m nt,
L Ministr d la Cultur "

Commenter cet article

trublion 09/08/2017 07:47

il me semble qu' en Europe, et en Grande Bretagne en particulier, il y avait des écoles qui enseignaient le maniement de la canne !
Il est clair qu' on peut se servir des mains, des bras et des jambes comme d' armes !
je croyais que Najat avait été virée