Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

tel un éclair 16

Publié le par HITOYUME

"Tel un éclair" est l'histoire du Yagyu ryu, une des plus fameuses écoles de sabre du Japon. Je vous souhaite bonne lecture.


Muneyoshi, le nouveau maître du Shinkage ryu, aurait dû prendre sa place à la tête de l'école et recommencer la vie austère du professeur d'armes. Mais de nouveaux bouleversements déchirèrent le Japon et dix années passèrent avant l'établissement du ryu à Koyagyu. Dix ans de folie et de combats, pendant lesquels les Yagyu prirent un nouvel écusson: deux casques de guerre croisés.Quand Muneyoshi rentra chez lui, les élèves affluèrent. Yagyumura, petit village perdu dans la montagne, était en train de devenir l'un des hauts lieux de la pratique des armes. Les paysans virent peu à peu arriver une population tournante: disciples, guerriers, curieux. Le plus ambitieux des fermiers ouvrit une auberge, un autre lui fit concurence ... Yagyumura était entré dans le siècle.Puis arriva l'été de l'année 1600. Toyotomi Hideyoshi, le paysan devenu général, le père de l'unification du Japon, était mort. Pendant sa vie, il avait eu l'intelligence, la vision, le bon sens politique, et aussi la ruse et la cruauté, nécessaires pour arrêter enfin les guerres civiles qui dévoraient l'archipel du Japon. Un interlude de paix et de prospérité, puis il mourut, et ce fut l'éruption d'une nouvelle lutte pour le pouvoir, sur un échiquier dont toutes les pièces les plus faibles avaient été balayées.Hideyoshi n'avait pu accéder au titre de Shogun, traditionnellement réservé aux descendants du clan Minamoto. Il avait partagé le pouvoir avec un conseil de cinq règents. Rassemblés pour le suivre, ces cinq hommes se divisèrent dès sa mort en deux factions irréconciliables. L'une soutenait Hideyori, fils de Hideyoshi, et l'autre, le plus puissant des régents, celui qui pouvait prétendre au titre de Shogun: Tokugawa Ieyasu. Jour après jour dans la touffeur humide de l'été, les deux camps luttèrent secrètement, dans la subtilité, avant de s'affronter dans la force. Chaque faction envoya des messages qui étaient des chefs-d'oeuvre de sous-entendus, pour sonder les intentions des daimyo des provinces les plus stratégiques. Il était vital de savoir de quel côté ils se rangeraient quand le conflit éclaterait enfin au grand jour. Le language des réponses était encore plus diplomatique. Chacun s'efforçait de se protéger en attendant de voir de quel côté tournerait le vent.


A SUIVRE

Commenter cet article

trublion 16/08/2017 07:18

C' est là qu' on constate à quel point certains hommes sont capables de maintenir une unité qui se délite dès leur disparition