Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

osé

Publié le par HITOYUME

SOUVENIRS

Je regardais il y a deux mois avec ravissement une émission médicale de TF1 consacrée à la sexologie, mes glandes à sarcasmes prêtes à dégorger leur jus aigre.
La sexologie ! Le début de la fête fut tout à fait conforme à mon attente : j'ai vu des consultations sexologiques exactement telles que je les imaginais, c'est-à-dire le monsieur : Docteur, je hais ma femme, elle est moche et atrabilaire, elle m'a pondu des lardons attardés et pleurnichards, elle me pique mon fric pour s'acheter des horreurs chez Tati, et docteur, quand nous faisons l'amour, j'ai du mal à avoir une érection, que pouvons-nous faire, docteur ? Ou la dame : Docteur, mon mari est un connard, rase-bitume, dort-en-chiant et pue-de-la-gueule, ça sera un minable toute sa vie, il me répugne, il boit et il triche au tac-au-tac, alors voilà, quand nous faisons l'amour, j'ai du mal à atteindre l'orgasme, que pouvons-nous faire docteur ? Et le docteur, après une longue réflexion : bon eh bien vous allez d'abord essayer de vous branler. La sexologie consistant à entourer la dernière phrase de suffisamment de laïus et de salmigondis pour que ça ressemble à une consultation médicale d'une durée honorable, qu'est-ce que je suis méchant. Tout de même, si ça peut faire du bien, j'ai rien contre, oeuf corse.
Bref, je regardais ça avec régal, surtout ce couple dont la nana disait en substance et en pleurnichant : ce gros plouc est incapable de m'envoyer en l'air depuis 20ans ! Si ça continue, je le plaque ! et lui qui répondait; en substance itou : cette pétasse a toujours le feu au cul et moi qui préfère mes bouquins à ses ovaires, elle est toujours là en train de se trémousser les miches alors que je voudrais me reposer, faites quelque chose !
Mais là où ma curiosité était la plus avide, c'était pour voir l'évolution que ce genre d'émission allait prendre chez TF1 embouyguée-sarkozée. Allaient-ils comme d'habitude nous parler de bite et de cul en nous montrant des abeilles sur des pistils derrière des flous artistiques et tout en prononçant avec une componction clinique "vergeuh" et "anuss", ou bien, indice d'audience oblige, allait-on avoir droit à quelques passages bien graveleux où l'on apercevrait argh argh quelques poils pubiens ? Ben mon colon, je fus pas déçu.
De fesses et de nichons, je ne vis point. Par contre, des bites, ça alors...
On venait juste de quitter le docte et poupin visage d'un professeur cravaté lunetté cerclées d'acier, qu'une énorme paire de couilles poilues emplit l'écran, qu'un gigantesque trou du cul se contracte sous l'effet d'exercices musculaires, qu'un type nous dit en ouvrant sa braguette : "Pour bander, je me fais des piqûres de ciment Lafarge" et qu'il prend une seringue, je me dis : "Non, il va pas le faire !!!" Mais si, il se sort l'engin, l'empoigne et voilà qu'il se shoote le poireau en gros plan, je regarde ailleurs, j'avais plus un poil de sec, je rejette un oeil, c'était pire, on était en train de couper une bite à la base, une vraie, avec du sang et tout, pas pour de rire, pour y introduire un piston télescopique ou une antenne radar, je sais plus, c'était insoutenable, j'ai coupé l'image, c'était la première fois que ça m'arrivait.
Après, j'ai regardé Super Sexy sur cette même chaîne, mais rien à faire, j'étais traumatisé. A tous les coups va falloir que je me paye une consultation au sexologue...

 

A  LUNDI

Commenter cet article

trublion 29/05/2020 08:58

C' est un peu la différence entre érotique et porno !
Mais quand même, je me dis que s'il n'y avait pas plaisir, il n' y aurait pas tant de gosses sur terre !
à lundi