Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

la pagode infernale 4/13

Publié le par HITOYUME

Image and video hosting by TinyPic Image and video hosting by TinyPic

la pagode infernale 4-13

 

CHAPITRE 4

Image and video hosting by TinyPiceuf heures venaient de sonner, lorsque Chadler arriva chez son ami. Franck Howard l'attendait, rasé de frais, le visage calme et reposé. On eût dit vraiment, merveilleux privilège de la jeunesse, qu'il avait passé la nuit dans son lit. Ce fut sans grand enthousiasme, que les deux jeunes gens partirent. A vrai dire, ils ne voyaient pas très bien ce qu'ils allaient faire à la caverne de Siang-Fé, où le canot de Chadler les amena rapidement et où ils débarquèrent sans incident. Franch Howard marchait le premier, éclairant sa marche et celle de son compagnon, à la lumière d'une forte lampe électrique.

- C'est bien ici. Voyez, Chadler, là du sang a coulé, la terre en est encore...

Un râle étouffé, faible comme un soupir, lui coupa le reste de sa phra se, le faisant sursauter. D'un geste instinctif, il envoya le faisceau de lumière de sa lampe dans la direction d'où venait ce bruit, qui dénonçait la présence d'une créature humaine. Alors, le spectacle que Franck Howard et Chadler eurent sous les yeux, les cloua sur place, de surprise, d'étonnement. L'homme, le traître que Franck Howard avait vu exécuter pendant la nuit, gisait dans un angle de la caverne où il s'était traîné pour mourir. A ce cadavre vivant, il restait encore un souffle de vie. Armes, linceul, tous les accessoires de la mise en scène qui avait présidé à son exécution, avaient disparu, emportés par les sinistres bourreaux. Franck Howard et Chadler ne se préoccupèrent pas tout d'abord de ces détails, et se penchèrent sur le moribond. Interroger ce cadavre, il n'y fallait pas songer; vraiment, c'était miracle que cet homme ne fût pas encore mort. Un râle plus fort que les autres agita sa poitrine. Les deux jeunes gens se penchèrent sur lui, et ce fut presque inconsciemment que Chadler interrogea :

- Quoi ?

A sa grande surprise, les yeux du moribond s'entr'ouvrirent et se fixèrent sur lui. Dans un souffle imperceptible, ses lèvres murmurèrent :

- Waï-Tu... bonze Tchéou... même chose...

Un léger battement agita ses paupières qui retombèrent sur ses yeuxclos à jamais. Il était mort, mais avant de mourir, il avait pu, inconsciemment peut-être, se venger. Franck Howard et Chadler, se trouvaient en possession d'un secret qu'ils n'auraient jamais pensé surprendre :

celui du pirate Waï-Tu, le maître maintenant des frères du Lys d'Eau. Waï-Tu était pirate, mais il était aussi le bonze Tchéou et, grâce à cette double personnalité, il pouvait espérer échapper longtemps, à moins d'une trahison, à la corde qui le guettait. Lorsque le danger le menaçait, il redevenait tout, aussitôt le bonze Tchéou, bonze respectable et vénéré, et se cachait dans la pagode de Kou-Nan. Et il n'y avait pas de doutes, ce devait être là que le bandit tenait prisonnier Robert Maxence. Les deux jeunes gens revinrent à Shanghaï à toute allure, et le rayonnement de leur visage fut un heureux présage pour Jane Howard.

- Vous savez quelque chose ? dit-elle en se jetant au cou de son frère.

- Beaucoup de choses ! répondit Franck Howard, dont les yeux brillaient de joie et d'espoir. En entendant ces paroles, l'armateur Maxence s'était levé du fauteuil où il passait maintenant ses journées, anéanti, brisé, comme un paralytique.

- Parlez ! Parlez vite, mes enfants, dit-il en tendant des mains suppliantes vers les deux jeunes gens. Vous me rendez l'espoir, la vie, le bonheur.

- Nous avons été favorisés d'une chance inouïe, dit alors Franck Howard. Nous serions arrivés une minute plus tard, l'homme qui a parlé n'était plus qu'un cadavre. Lorsqu'il eut terminé, l'armateur Maxence s'écria, le visage tout rayonnant de joie :

- Oui, mes enfants ! Vous avez raison. C'est là que mon pauvre Robert est tenu prisonnier. - Je le pense comme vous, comme Franck, comme nous tous, monsieur Maxence, répondit Chadler. Mais, je dis qu'il faut agir sans hâte. Comprenez-moi bien. La vie de Robert n'est pas en danger, puisque présentement, celle du pirate Tung-So nous garantit la sienne. Il faut qu'au moment où nous aborderons la pagode de Kou-Nan, nous soyons renseignés parfaitement, c'est-à-dire autant que possible, sur la topographie des lieux, que nous ayons en main tous les éléments d'un succès indiscutable.

- Et combien serez-vous ? interrogea alors Jane Howard.

- Franck et moi, nous nous chargerons de l'affaire, répondit Chadler.

- Ne pensez-vous pas qu'un revolver de plus dans cette affaire, ne nuirait pas à sa réussite ?

- Un revolver de plus ? interrogea Chadler, interdit.

- Oui, Chadler. Un revolver de plus, et c'est le mien que je vous offre, rétorqua Jane Howard d'un ton qui n'entendait pas réplique.

- Ma foi, mademoiselle, je pense que votre idée n'est pas indiscutable, répondit le jeune homme sans grand enthousiasme.

- Vous y réfléchirez, Chadler, mais je vous préviens, quel que soit votre avis, j'ai décidé d'aller avec vous à la pagode de Kou-Nan, et j'irai.

 

la pagode infernale Image and video hosting by TinyPic

Voir les commentaires

texte de vieux bouc

Publié le par HITOYUME

Image and video hosting by TinyPic

Si le téléphone de ma femme sonne pendant que nous faisons l'amour elle n'hésite pas à

me mettre en attente.

Voir les commentaires