Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

au rendez-vous de l'aventure

Publié le par HITOYUME

Image and video hosting by TinyPic

 

Imaginez un cirque en pleine forêt, avec des parois presque à pic, d'autres en pente plus douce et vous cannaîtrez la "Carrière".

Ce que nous appelions la "Carrière" avait été jadis une véritable carrière, mais abandonnée depuis, elle était devenue le théâtre de vertigineux exploits. Nous y partions en bande, le jeudi, équipés de solides bâtons, de cordes, enfin de tout ce qui pouvait donner à notre équipe une allure d'expédition.

Les "grands" en tête, nous nous amusions comme des fous, accrochant nos cordes aux arbres qui poussaient au bord de la carrière, nous balançant à en perdre le souffle.

Sur des branches transformées en luges, nous nous lancions à une allure folle sur les pentes, cahotés par les pierres, riant de nos chutes aux arrivées toujours brutales.

Un jour, pourtant, je voulus émerveiller les autres. Je grimpai à l'arbre le plus haut, celui qui penchait sur la carrière...

Je fixai ma corde et doucement commençai à me balancer.

J'ai oublié de vous dire que si cet arbre était le plus haut c'était aussi le moins gros et celui dont les racines s'enfonçaient le plus près de la carrière. Je me balançai donc agréablement à une vingtaine de mètres au-dessus du sol, quand j'entendis de véritable hurlements. Je baissai les yeux et vis mes camarades qui me faisaient des signes désespérés. Au même instant, un craquement sinistre secoua l'arbre où j'étais pendu...

Un choc brutal et il me sembla être précipité vers le sol. En fait, je le fus, mais un nouveau choc me fit rouvrir les yeux...

Je m'étais considérablement rapproché de mes camarades qui n'étaient plus qu'à dix mètres sous moi. Je compris enfin ce qui venait de se passer : les racines de l'arbre, par mon poids, s'étaient arrachées de la terre trop sèche. Mais, par chance, elles ne s'étaient pas entièrement brisées, ce qui m'avait sauvé la vie. Inutile de vous dire que je ne restai pas plus longtemps sur mon dangereux perchoir !

Du moins, j'aurais voulu descendre, et vite !

Mais j'étais encore à quelques mètres du sol et je craignais que mes mouvements ne fassent encore craquer les racines !

Mais je ne pouvais rester là, dans cette position inconfortable encore longtemps. Avec l'aide de mes copains, qui me criaient des conseils, je me mis à descendre avec mille précautions.

Enfin, je pus me laisser glisser parmi mes amis, qui étaient, je crois, aussi émus que moi !

Nous revînmes quelquefois à la "Carrière", mais nous fumes beaucoup moins téméraires !

D'autant plus que nos parents furent avertis de nos "exploits" et que de sévères réprimandes, accompagnées de taloches furent notre lot...

J'ai eu très chaud. Mais cette aventure m'aura servi ainsi qu'à mes camarades de leçon.

Grimper aux arbres, c'est bien, mais risquer sa vie, faute d'élémentaire prudence, ce n'est à la gloire de personne.

 

au rendez-vous de l'aventure

Voir les commentaires

texte de vieux bouc

Publié le par HITOYUME

Image and video hosting by TinyPic

Les ennuis, c'est comme le papier hygiénique: on en tire un, il en vient dix.

Voir les commentaires