Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

le socle (3)

Publié le par HITOYUME

Image and video hosting by TinyPic Image and video hosting by TinyPic Prendre conscience de mettre un pied devant l'autre, de glisser sur le sol, de plier ses jambes comme si c'était la première fois.
Ce qui naît de cela?
Un nouveau corps, en quelque sorte. Ou plutôt une nouvelle "forme de corps", selon l'expression, qui est cette capacité, en deçà même de la virtuosité technique, à être devenu totalement pertinent sur le plan proprioceptif,à avoir les moyens physiques et psychiques de l'échafaudage complexe de gestes et de situations qui vont s'ériger sur cette base. C'est s'être doté de l'habileté fondamentale qui est celle de tous les artisans mûris par leurs gestes quotidiens. Avoir à la fois construit ce socle rassurant, extérieur, auquel on peut toujours revenir avant de s'élancer vers le ciel ...
Et s'être aussi, au-delà du savoir, fait pousser dans le dos des ailes. C'est le secret de toutes les maîtrises, au bout du compte. Laisser le corps faire seul ce qu'on lui a si souvent demandé, se placer de lui-même. Avoir enfin le "coup de main". Ce talent-là ne s'acquiert que par une longue imprégnation, un long corps à corps avec les bases, avec les éléments fondamentaux du système. Au-delà de tout enjeu sportif, au-delà des défaites et des victoires, au-delà des projections, des chutes infligées et subies, au-delà même du niveau atteint et des bienfaits reçus, ce qui reste de cette étude patiente, de cette discipline, est sans doute ce qui unit tous les "artisans" entre eux :
une patine, un poli particulier, comme une forme de dignité apportée par le travail régulier et sincère dans l'amour de l'art. Et une fierté modeste qui est un des aspects du bonheur
.
HISTOIRE :
Shohei Yosokawa vivait seul sur la montagne après avoir longuement parcouru le Japon en expert redouté du sabre. Son histoire était fameuse, son art immortel, même s'il passait désormais ses derniers jours en ascète, nourri de quelques légumes et de longues méditations. Un jour, un jeune homme exalté parvint jusqu'à lui malgré les obstacles.
 _Maître, apprenez-moi la technique de l'hirondelle, qui vous a rendu si célèbre. Je serai votre plus fervent disciple!".
Sans répondre, le vieux guerrier s'en alla au puit tirer de l'eau, tandis que le jeune homme le suivait dans son ombre. Quelques cruches cassées se trouvaient là. Yosokawa en attrapa une par son col intact et, posément, entreprit de la remplir de l'eau du puit qu'il avait tiré. Au bout d'un instant, le jeune homme en fit la remarque avec timidité :
 -Sensei, cette cruche n'a pas de fond, toute l'eau que vous pourrez y mettre ne la remplira jamais!.
Le vieil expert répondit alors :
 _J'essaye de remplir cette cruche. Je me concentre sur le col, quand l'eau aura atteint le col, alors c'est que la cruche sera pleine, de quel fond parles-tu?
Interloqué, le jeune homme s'éloigna et médita cette aventure pendant quelques jours. Au bout de ce temps, il revint voir Shohei Yosokawa :
_Maître, enseignez-moi tout ce qui concerne cette cruche. Je suis prêt à apprendre.
Le vieil homme eut un sourire.
le socle

Voir les commentaires

texte de vieux bouc

Publié le par HITOYUME

Image and video hosting by TinyPic Le français reproche à la jeunesse tout ce qu'il n"a pas pu faire dans la sienne.

Voir les commentaires