Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

texte de vieux bouc

Publié le par HITOYUME

 Les femmes seront

les égales des hommes

lorsqu'elles pourront se balader

dans la rue,

chauves et grasses du bide,

et cependant toujours

se considérer comme très jolie

s.

Voir les commentaires

moi... Jigoro KANO (261)

Publié le par HITOYUME

moi... Jigoro KANO

261

 

REMARQUE : ce récit est tiré d'une thèse sur Jigoro KANO d'Yves CADOT, 6ème dan de judo, docteur de l'Université de Paris. Maître de conférence à l'Université de Toulouse.

KODOKAN SHITENNO : les quatre rois célestes du Kodokan (8)

L'APPORT DES SHITENNO

Par leur génie (SAIGO), leur espri de combat (YOKOYAMA), leur travail (YAMASHITA), leur abnégation (TOMITA), les Shitenno ont, d'un point de vue historique et technique, directement contribué au Kodokan judo de deux façons. L'une est d'avoir, en répondant aux défis formels ou informels des écoles de jujutsu, par une démonstration de l'efficacité de la méthode, fait taire en à peine six ans (1888) toute contestation, toute velléité d'opposition, laissant ensuite place à Kano de développer en toute liberté et légitimité son discours révolutionnaire (le passage de jutsu à do) dès 1889. L'autre est d'avoir, pendant ce temps, ainsi que l'hommage à SAIGO par Kano le rappelle, permis la construction même de l'éventail technique du judo comme de sa taxonomie. Mais, loin d'être simplement passifs au service d'un Kano, ils se sont montrés partenaires du projet, de par leur engagement comme professeurs ou représentants de la méthode dans les défis, mais aussi, plus fondamentalement, dans l'élaboration de celle-ci ainsi que le note le Kodokan dans Jigoro Kano :
"L'apport de ses disciples sur Kano fut également grand. Les ashi waza du Kodokan étaient craints des autres écoles et Kano en parlait ainsi : "Lors de la création du judo, il n'y avait pas encore de noms bien définis tels que de ashi barai, sasae tsuri komi ashi ou harai tsuri komi ashi et, en conséquence, pas de manière bien définie de les porter. Selon la situation, on balayait avec le pied, ou bien on accrochait avec le pied puis, en tirant le haut du corps, on renversait le partenaire. Et ce sont TOMITA, YOKOYAMA, YAMASHITA et SAIGO, notamment, qui ont progressivement construit ces techniques".

A  SUIVRE

Voir les commentaires