Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
l'essentiel oublié

Articles récents

texte de vieux bouc

22 Mai 2017 , Rédigé par HITOYUME Publié dans #texte de vieux bouc

Je  constate

qu’un ordre divin,

avec le temps devient

un ordre dit vain,

dépassé et obsolète,

pas vous ?

Lire la suite

le surdoué

22 Mai 2017 , Rédigé par HITOYUME Publié dans #les histoires d'Hitoyume

Quand Anatole Tavernier voulut se servir du rouleau de Scotch, le ruban était si collé qu'il ne parvint à en détacher que de petites parcelles. Il posa donc le rouleau de Scotch dans un saladier d'eau froide et salée pour raffermir la colle. Puis il se couche, remettant le résultat au lendemain.
Le lendemain, lorsqu'il voulut se lever, il ne put remuer un membre. Il s'aperçut avec horreur que le rouleau de Scotch avait proliféré pendant la nuit et enveloppait tous les meubles de l'appartement jusqu'à son lit, où les draps solidement collés le retenaient paralysé. Il eut peur de mourir étouffé, mais la chance fit qu'une paire de ciseaux trainât sur sa table de nuit. Il parvint laborieusement à la saisir et put se libérer. Puis il tenta de couper les kilomètres de ruban à la machette pour atteindre le saladier contenant le rouleau, mais en vain. Plus il coupait, plus le rouleau de Scotch s'épaississait. Le ruban adhésif rampait sur toutes les surfaces à une vitesse impressionnante. Vint le moment où le Scotch tenta de l'attaquer physiquement dans le but de l'immobiliser. Alors Anatole Tavernier abandonna la lutte et s'enfuit par une lucarne, la porte étant depuis longtemps hors d'usage.
Comme il ne pouvait décemment pas aller dire au commissariat qu'il avait été attaqué par un rouleau de Scotch, il quitta Paris. Quand le premier locataire de l'immeuble constata le prodige, le Scotch avait envahit le palier. Quand les pompiers arrivèrent, le Scotch avait recouvert l'immeuble. Lorsqu'ils mirent leurs lances d'eau chaude en batterie, le Scotch avait déjà rendu les pompes inutilisables. Deux heures plus tard, le quartier était évacué. Deux jours plus tard, un arrondissement entier était recouvert de ruban adhésif, les voitures étaient collées au sol, le métro collé aux rails. Dès que le ruban parvenait à toucher une victime, celle-ci était perdue, scotchée en trois secondes, étouffée en une heure.
Comme la seule arme efficace était le lance flamme, il était difficile de sauver les malheureux. A partir d'observations aériennes on localisa le centre de la prolifération et ainsi, on envoya une bombe au phosphore sur la maison d'Anatole Tavernier. L'invasion cessa aussitôt, elle avait fait deux mille quatre cent douze victimes.
Anatole Tavernier s'installa au Japon, dans la banlieue de Tokyo. Un jour où il rentrait de son travail, il voulut allumer une cigarette en lisant l'Express édition internationale, mais le briquet refusa de fonctionner. C'était un briquet jetable, communément appelé Cricket, en France tout au moins. La roulette marchait, le réservoir était plein, mais aucune flamme ne jaillissait. Alors Anatole Tavernier trempa le briquet dans un verre de vinaigre pour faire venir les gaz. Lorsqu'il sortit l'objet du liquide, ce dernier émanait une chaleur anormale et était agité de vibrations inexplicables. Anataole se cacha sous le lit une seconde avant que le briquet n'explose détruisant la table sur laquelle il était posé. A partir de cet instant, tous les briquets jetables du quartier explosèrent, le plus souvent en blessant mortellement leur propriétaire. La zone d'explosions s'écartait concentriquement autour du point où se situait l'appartement d'Anatole, et Anatole n'en savait rien.
L'épidémie d'explosions cessa brusquement quand, oubliant l'icident, il alluma sa cigarette avec une allumette. On dénombra trois mille  cinq cent dix huit victimes. Mis au courant le lendemain par les journaux japonais, Anatole Tavernier quitta Tokyo.
Il vit en ce moment à Utrecht en Hollande.
A l'heure où j'écris cet article, il est aux W.C. et s'apprête à dérouler le papier hygiénique.
Il ne fait aucun doute qu'Anatole Tavernier ne porte pas chance et est mauvais bricoleur. Mais néanmoins, il s'agit de comprendre et d'assimiler les leçons qu'il nous donne.
Ne trempez jamais un rouleau de Scotch dans un saladier d'eau salée. Ne trempez jamais un Cricket dans un verre de vinaigre.
En ce qui concerne le papier hygiénique, Hitoyume manque actuellement d'informations suffisantes pour vous conseiller efficacement.

Lire la suite